Au coeur des halles, on rentre chez Kei comme en poésie, tout en douceur.

Une déco de salle épurée, immaculée, moderne. Les murs sont nus puisque les tableaux seront dans les assiettes nous précise-t-on. Belle promesse ! Osée même.

Le jeune chef étoilé Kei Kobayashi (passé notamment par chez Monsieur Alain Ducasse) se révèle être un vrai artiste.

Il joue certes sur l'esthétisme mais sans jamais oublier le goût.

Les associations sont surprenantes mais les accords équilibrés.

On démarre le voyage par les amuse-bouches : granité au gingembre et huile de basilic, mousse d'agrumes, tartelette chocolat blanc, framboise, petit pois et tuile au café.

Kei (*)
Kei (*)

Après avoir dégusté une asperge blanche grillée, yaourt fumé, guacamole, je vois arriver le plat qui a marqué mon dîner et dont je me souviens encore parfaitement tant il m'a surpris, le Jardin du Chef.

Kei (*)

Quand on m'a présenté le plat, honnêtement je me suis dit c'est magnifique (!) mais ce ne sont que des pousses de salades et de radis non ?! (je n'avais pas encore découvert le saumon fumé au bois de hêtre).

Lorsque j'ai goûté, c'est mille saveurs et textures qui ont explosé en bouche !

A chaque bouchée, en fonction des éléments pris dans la hardiesse de ma fourchette, les sensations étaient différentes. Surprenant, déstabilisant presque.

Et c'est ce qui me plaît en cuisine, me faire surprendre.

Kei (*)

Les plats du menu dégustation (6 ou 8, je suis partie sur 6) ont tenu la promesse de cette introduction toute en finesse et gourmandise du jardin de légumes croquants et saumon fumé au bois de hêtre.

Ont suivi le turbot rôti, pesto à l'encre de seiche et le homard bleu breton, mousse de lait de coco, grenade. Cuissons et assaisonnement parfaits. Franchement, rien à dire à part des "mmmmmm" ou des "hummmmm".

Kei (*)
Kei (*)

Petite déception en revanche sur la viande, le cochon ibérique et son fagot de haricots verts ne m'a pas transportée. Cette fois-ci, cela manquait de goût et d'assaissonnement.

Kei (*)

Je vous rassure, je ne suis pas restée sur cette impression car le fromage et les desserts ont ravi mes papilles sans alourdir mon estomac. De la technique, de la finesse et du goût.

Siphon de gorgonzola, gelée de vin blanc, purée de pêche avant la déclinaison cerise et amande et sphérification de cranberrie.

Kei (*)
Kei (*)
Kei (*)

En bref, un moment hors du temps pendant lequel on se laisse porter par la créativité de ce chef artiste qui a su garder le goût de la précision et du travail bien fait.

De la gastronomie poétique...

Restaurant Kei (*)

5 rue du Coq Héron - 75001 Paris
01 42 33 14 74

Menus déjeuner : 52 ou 96€
Menus dîner : Découverte (99€ sauf samedi soir) ou D
égustation ( 145€)

Commenter cet article

Travellingfoodista 20/10/2014 18:32

J'ai adoré la cuisine de Kei, aussi esthétique que subtile!