C’est en me rendant à la fête foraine de la Croix Rousse que je me suis rappelée vouloir tester ce restaurant dont la devanture et l’estampille ‘Toques Blanches lyonnaises’ m’inspiraient grandement. Le Chef Pierre Molin, propriétaire des lieux, ancien élève de Georges Blanc, y officie avec sa femme.

Le Plato

Le cadre est raffiné et moderne, la salle est grande et permet, malgré de nombreuses tables de ne pas être collé à ses voisins. Un petit plus notable, toute table accueillant plus de 2 personnes est ronde et je trouve que c’est tout de suite plus convivial, surtout à trois ! Après un accueil sympathique et débarrassés de nos manteaux (et oui, c’est qu’il commence à faire froid à Lyon en cette période !), nous traversons la grande salle sous une belle verrière avant de trouver notre petite table ronde.

Le cadre

Le menu entrée-plat-fromage ou dessert est à 38 euros (pour le déjeuner, le prix du menu tombe à 21,50 €).

Pendant l’apéritif (un jus de tomates pour moi…et oui, encore quelques mois à tenir !!), nous est apportée une mise en bouche « Velouté de courgettes et brocolis, coulis de tomates ». Le goût n’est pas mauvais mais je ne sens pas le brocolis et la texture est un peu épaisse pour un velouté. En plus, le tout et servi dans un coquetier blanc (mouais…) qui pour ma part, est ébréché (re-mouais…).

J’ai hâte d’avoir mon entrée car je l’ai choisie en fonction d’un de mes fruits préférés, la châtaigne. La « Soupe crémeuse de châtaignes au Foie Gras de canard et lard grillé » n’est pas assez chaude mais son goût se rapproche de celui de la purée de châtaignes de ma maman (moment madeleine de Proust, désolée…) donc je pardonne ! Le lard grillé était peut-être en trop au vu de la richesse du plat déjà apportée par le foie gras.

La soupe de châtaignes

Je suis plus raisonnable pour le plat et choisis le poisson : « Pavé de Sandre Sauvage braisé au Laurier et au Vin jaune ». La serveuse (très aimable et souriante depuis le début) m’indique que l’accompagnement sera « poêlée de légumes et purée maison ».

A vrai dire, nous allons découvrir que l’accompagnement est le même pour quasiment tous les plats. Ce ne serait pas gênant si le reste de l’assiette ne se ressemblait pas également. Or entre le suprême de Canette, le pavé de Sandre et le quasi de Veau, trois plats bien (trop ?) en sauce, on ne fait pas beaucoup de distinction au final.

Le Sandre

La Canette

Le Veau

Le chef ne lésine pas sur les quantités dans les assiettes mais les plats n’étant pas très fins, je ne suis pas certaine que ce soit un bon choix. Ce n’est pas mauvais mais je suis assez déçue des plats, après avoir goûté au trio du soir.

Pour ne pas rester sur une désillusion, je choisis le « Vacherin glacé vanille framboise » en dessert, qui s’avère être très bon, ouf !

Le Vacherin

Le restaurant est plein, les plats s’enchaînent sur le comptoir du Chef (qui officie presque en salle, cuisine ouverte) mais ce soir, je ne ressors pas comblée, gustativement parlant.

En bref, un restaurant que je conseillerais plutôt à des touristes en recherche de cuisine française traditionnelle et copieuse qu’à des Lyonnais à la recherche d’une table bistronomique.

[note color="#A09FBF"]Mentions spéciales : -la gentillesse de la serveuse -le cadre agréable

Bémol : -la cuisine trop grossière, sans âme[/note]

Le Plato 1 Rue Villeneuve – 69 004 Lyon 04 72 00 01 30

Commenter cet article

Pr@line lyonnaise 07/11/2012 15:07

J'ai fait le lien avec l'avis sur Yelp, merci c'est bon à savoir. Dommage que tu ressortes avec une pointe de déception. Au plaisir ;-).